26 avril 2013

Voici le début de notre histoire...



Et, voici le début de notre histoire...
Bonne lecture...

       

Maria, une jeune Espagnole était intéressée par les gens et était attentionnée, elle aimait le contact humain, les longues conversations entre amis, les grands débats autour d'un feu, les rigolades et les chamallows grillés. Admirative et contemplative de la nature et des choses qui l'entourent, elle passait son temps libre à observer les oiseaux, à enregistrer leurs chants mélodieux et à remplir son herbier de fleurs éclatantes de couleurs. C'était une jeune fille ne manquant pas d'audace et de cran lorsqu'il était question de s'adresser à de parfaits inconnus, presque insolemment, parfois.

        Arthur était un jeune Français, réservé, qui  n'osait pas prendre la parole en public.  Mais passionné de romans d'action et d'aventures rocambolesques, il appréciait particulièrement  les intrigues étonnantes,  les histoires entraînantes, palpitantes et pleines de rebondissements. Fasciné par les mathématiques et leurs calculs savants pour résoudre des casse-tête sans fin, des énigmes indéchiffrables et des problèmes à rallonge, il pouvait rester plongé dans ses livres pendant de longues heures sans montrer le moindre intérêt pour le monde extérieur.
        Anna était une jeune Sicilienne,  rayonnante et investie dans tout ce qu'elle entreprenait, débordante d'imagination et de joie de vivre, pleine de gaieté. Elle pouvait rester des heures à inventer ses propres aventures dans sa chambre, rigolant toute seule sur ses  péripéties formidables. Mais elle éprouvait aussi de l'amour pour les roches volcaniques  et les pierres précieuses restant toujours éblouie devant la beauté des cristaux et des diamants réfléchissant la lumière.
         Et enfin Anton était un jeune garçon polonais,  téméraire, ne reculant devant rien ni personne, avançant toujours d'un pas décidé et ne revenant jamais sur ses décisions. Têtu et indomptable, il ne se laissait jamais impressionner sauf par les astres et leurs pouvoirs qui l'envoûtaient littéralement, l'influence de la lune sur les marées et de Vénus sur les caractères. Il avait toujours la tête dans les étoiles lorsque l'on abordait ce sujet.
        Ces jeunes se rencontrèrent  et apprirent à se connaître par l'intermédiaire d'un blog culturel proposant des actions écologiques afin de protéger des sites historiques et naturels en péril.
       Ils se donnèrent rendez-vous en Brière, chez une lointaine parente d'Arthur. Mais en   arrivant sur place, épuisés par le long trajet qu'ils venaient de parcourir, ils constatèrent au premier coup d’œil que la nature dépérissait et se détruisait. Ils virent que quelque chose n'allait pas : un lourd silence pesait dans les marais et une atmosphère étouffante régnait sur ce lieu si vivant une année plus tôt ; les oiseaux se taisaient et les plantes se desséchaient et s'effritaient rien qu'au souffle du vent. Les couleurs des feuilles étaient ternes, les eaux croupissaient et une odeur nauséabonde flottait autour des jeunes adolescents. Les animaux, victimes d'étranges maladies, s'affaiblissaient et adoptaient des attitudes de moins en moins cohérentes. La pollution dévastait la nature qui se mourait peu à peu.
        Arthur apprit avec beaucoup d'inquiétude que sa parente était tombée terriblement malade et, lui qui n'avait pas pour habitude de dévoiler ses sentiments, se montrait très anxieux. Il réfléchissait constamment à cette drôle de coïncidence qui faisait que sa parente s'affaiblissait au même rythme que la nature.
        Quand ils furent, enfin, arrivés à son domicile, elle leur confia une mission de la plus haute importance. Les enfants étaient à l'écoute et plus un bruit ne se faisait entendre. La vieille dame leur expliqua qu'ils devraient se lancer dans un long et dangereux périple à la quête de plantes et d'objets, d'ingrédients pour concevoir un élixir qui pourrait peut-être permettre à l'Europe de retrouver des couleurs, aux oiseaux de se remettre à chanter, et, qui sait, à leur hôtesse de se remettre sur pieds.
        Les quatre amis se quittèrent et se promirent de se retrouver au plus vite en Espagne, première étape de leur périple.
         Après le départ de ses trois amis,   Arthur retourna voir sa parente pour prendre de ses nouvelles. Elle lui annonça alors qu'il y avait dans la forêt de Brocéliande, un arbre doré qui permettait de voyager dans le monde entier.
Arthur se rendit dans la forêt bretonne pour y trouver l'arbre doré. Il s'en approcha et en baissant une de ses branches il vit l'arbre s'ouvrir comme par magie et en sortir  une poussière dorée.
        Attiré par cette lumière scintillante,  Arthur entra  dans l'arbre par curiosité. L'arbre magique se referma derrière l'adolescent.
        Il se demanda combien de temps il resterait enfermé, quelque peu inquiet, quand, il aperçut trois portes sur lesquelles étaient peints les drapeaux des trois pays qu'il devait visiter : l'Espagne, la  Pologne, l'Italie.
        Soudain, la porte représentant la Pologne s'ouvrit et à sa grande stupéfaction, Arthur vit apparaître son ami polonais !
        «Salut ! C'est cool que tu sois là, Anton, s'exclama Arthur. Je me sentais un petit peu seul enfermé dans cet arbre magique. »
       Après quelques minutes de retrouvailles, ils s'approchèrent de la première porte et, une pierre se déroba sous leurs pieds laissant apparaître sur le drapeau espagnol, le visage d'un vieil  homme portant un chapeau vert. 
         « ¡ Hola ! Qui êtes-vous ? Que venez-vous faire ici ?
- Bonjour, je m'appelle Arthur et voici mon ami Anton. Nous avons été envoyés ici par une des mes parentes et nous devons nous rendre en Espagne pour recueillir des ingrédients nécessaires à la confection d'un élixir qui va servir à sauver l'Europe et ma parente qui sont très malades.
- Alors passez par là les enfants, dit-il en ouvrant la porte. »
       C'est alors que tout à coup ils se sentirent emportés dans un tourbillon et ils atterrirent devant un bâtiment qu'ils ne reconnurent pas immédiatement : c'était la maison du poète Rafael Alberti, dont leur avait tant parlé Maria, comme ils le réaliseraient bientôt.  Une seule chose importait pour l'instant : ils étaient enfin en Espagne !

Le voyage avait été compliqué. Les enfants sentirent un intense vertige et une secousse mentale qui dura plus que quelques secondes.
Ils avaient une mission et étaient disposés à la mener à bien même s’ils étaient sujets à affronter de nombreux dangers. En ouvrant les yeux, ils regardèrent le portail de la maison et Arthur était déjà en train de sonner. Avant de pouvoir réagir et de se rendre compte de ce qu’il faisait, une femme avait déjà ouvert :                                                                                                                       - Que veux-tu mon petit ? lui demanda-t-elle.
- Et bien…
- Que vous arrive-t-il? Vous voulez entrer et visiter la maison? Ce n’est plus l’heure pour les visites, c’est terminé, mais si vous voulez je peux vous laisser passer. Cette vieille maison se nourrit de jeunes enfants comme vous, pour entretenir la mémoire de son vieux propriétaire.
- Est-ce qu’une fille qui s’appelle Maria vit ici?
- Non, elle n’est pas là mais je suis sa mère. Vous êtes ses amis de Briére ?
- Oui, nous sommes venus chercher Maria et Anna.
- D’accord, je suis la mère de Maria mais elle n’est pas là. Cette maison est la maison où est né notre poète le plus connu.
- Ah oui ! Quel était le nom de son propriétaire ? Nous l’avons oublié…
- Ah, ces étudiants…! Rafael ! Rafael Alberti, poète de la Génération de 27 ! Il est né dans cette ville, et, comme vous, il n’aimait pas aller au collège. Il préférait l’air de la mer et des bois. Malheureusement il n’en reste plus beaucoup. Allez, venez, entrez pendant que je termine le travail et que je ferme. Plus tard, je vous emmènerai voir Maria et Anna, elles seront très surprises !
Les enfants entrèrent dans un hall ensoleillé où se trouvaient une chambre et des escaliers. En entrant dans la chambre, ils découvrirent des dessins, des peintures, des photos et des étagères remplies de livres. Tout cela appartenait au poète.
Rapidement, ils virent que d’un d’eux brillait, ils se rapprochèrent donc. C’était le livre La arboleda perdida, et Anton commença à lire :
«Dans la ville d’El Puerto de Santa Maria, à la droite d’un chemin, bordé de figuiers, qui continuait jusqu’à la mer, (…) se trouvait un lieu mélancolique plein de genêts appelé la Arboleda Perdida».
D’un seul coup, la chambre s’assombrit et une voix sortit du livre et continua la lecture. C’était la voix du poète…
«Tout là-bas était un souvenir : les oiseaux tournant autour des arbres ; le vent, allant de genêt en genêt, soufflant sur des cimes vertes et hautes pour les agiter et se sentir bruyant. Tout là-bas rappelait le passé et un vieux bois d’antan. La lumière elle-même n’était qu’un souvenir de la lumière, dans ce bois dépourvu de mon sang.»
Une fois la lecture terminée, le poète leur parla :
- Allez au bois perdu de mon enfance. Cherchez parmi les genêts. C’est là que vous trouverez ce que vous recherchez. C’est un paradis de soleil et de vie. Si vous êtes attentifs, vous y verrez des caméléons identiques à ceux que je voyais. Mais vous devez être plus discrets qu’eux, qui sont des experts en camouflage.
La voix disparut et la chambre retrouva sa lumière originelle. Ils avaient déjà une piste. Un chemin à suivre. Ils étaient contents et déterminés.
La dame entra dans la chambre et leur dit qu’il était l’heure de fermer. Ils étaient fatigués et affamés. Mais où était ce lieu?
- Madame, savez-vous où se trouve l’endroit appelé «la arboleda perdida » ?
- Ah! Vous êtes enfin intéressés, non ? Alors venez avec moi, ma fille Maria qui étudie près de ce lieu, vous y emmènera. En ce moment elle est avec son amie italienne qui est venue la voir. Venez, suivez-moi. Je vis près d’ici. Ceci est mon travail, je suis chargée de m’occuper de la maison natale du poète, c’est désormais une fondation.
C’était une femme jeune, aimable, habituée à parler aux jeunes. Elle était sympathique et cordiale, qualités caractéristiques les peuples du sud. Elle riait de tout, même des choses qu’elle-même disait. Pendant le trajet pour aller chez elle, elle n’arrêta pas de parler. Elle demanda comment ils étaient venus, ce qu’ils étudiaient, pourquoi leurs parents ne les accompagnaient pas… Et même pourquoi ils étaient venus si couverts, avec la chaleur qu’il faisait, car chez elle tout le monde portait des vêtements moins «chauds».
Arthur, qui était très timide, ne sut pas quoi dire et resta muet, mais Anton s’en sortit très bien et dit qu’ils étaient en train de réaliser un projet, grâce à une bourse de recherche, et que Maria leur avait dit par facebook qu’ils pouvaient dormir chez elle.
La femme acquiesça et répondit qu’il n’y avait plus rien à dire. Ils resteraient chez elle et Maria les accompagnerait là où ils auraient besoin.
Une fois arrivés, la femme cria depuis la porte et l’appela 
- Mariiiiiia… Viens ! Regarde avec qui je suis. Ce sont les enfants que tu as connus en France, ils sont venus à l’association ce matin et ils vont rester quelques jours avec nous, le temps qu’ils fassent un travail de, je ne sais quoi, qu’ils sont en train de faire.
Maria descendit les escaliers, son amie Anna la suivait. Quand elles virent les enfants, elles n’en revenaient pas. Mais si, c’était eux, leurs amis, Arthur, de France, et Anton de Pologne, qui venaient enfin les voir.
Arthur leur raconta la nécessité de trouver un caméléon, sans pour autant leur révéler le secret de la mission.
                Anna, qui, même si elle n’était pas de là-bas, connaissait très bien l’endroit car elle venait presque chaque été voir son amie, leur dit que ce serait très dur car la ville avait beaucoup changé et que presque tout le chemin qui mène à la mer n’était plus de pins et de genêts mais de routes, maisons, et bâtiments. Ils avaient même construit un centre commercial et maintenant les jeunes s’amusent d’avantage dans ce centre que sur le sentier de pins qui menait à la mer et qui, de manière très juste, recevait le nom de «chemin des amoureux».La jeune fille était très sensible à la beauté. Elle aimait la lecture et pendant son temps libre, elle aimait écrire. Elle collectionnait aussi les pierres précieuses, qui l’attiraient par leurs couleurs et par le mystère qu’elles cachent en étant directement liées au cœur de la Terre. Chez Anna, qui était Sicilienne, on retrouvait la force et les énigmes du volcan qui siègent sur son île.
Maria, en revanche, était une jeune fille audacieuse et courageuse. Elle aimait la nature et l’aventure, elle aimait faire connaissance de nouvelles personnes, découvrir leurs cultures, leurs modes de vie, et elle avait un don pour parler avec les autres. Rapidement, elle fit en sorte que les jeunes se sentent comme chez eux. Elle leur montra la maison et leur dit où ils pouvaient dormir. Elle leur parla de ses amis, du groupe écologique auquel elle appartenait, de ses inquiétudes et ses motivations. Avec joie, elle leur annonça que le lendemain ils iraient trouver ce lieu qu’ils cherchaient et qu’ils essaieraient de trouver un caméléon que, s’ils ne le trouvaient pas là-bas, ils iraient aux «Toruños», autre endroit de cette ville, qui était devenu un espace naturel protégé. L’homme prenait peu à peu conscience du pouvoir de destruction qu’il exerçait sur la nature, c’est pour cela qu’il se devait de réserver quelques espaces et les protéger de lui-même.
Arthur et Anton étaient déjà si fatigués et affamés qu’ils n’entendaient que des «bla-bla-bla…bla-bla-bla…» sortir de la bouche de Maria. Et ils pensaient : « Mais dans cette maison, on mange à quelle heure? D’accord nous sommes ses invités, mais il est trois heures de l’après-midi. Nous sommes des héros mais nous avons toujours un grand besoin de manger. Qu’est ce qu’ils mangent tard les Espagnols ! »
Et enfin, la voix de la mère de Maria :
- Les enfants, on mange !
        Ils descendirent les escaliers et se dirigèrent vers un petit hall fleuri. C’est vrai qu’il faisait chaud. La table était remplie, jambon, gazpacho, croquettes, tortilla de pommes de terre. C’était des aliments rafraichissants qu’ils n’avaient pas l’habitude de manger car ils venaient de pays plus froids. Pendant qu’ils mangeaient, la mère de Maria se faisait de l’air avec un éventail et insistait constamment pour qu’ils mangent et goûtent tout, que c’était délicieux. Arthur et Anton se rendirent compte qu’ils devaient dire quatre ou cinq fois qu’ils ne voulaient pas quelque chose pour que leurs hôtes arrêtent d’insister. Cela faisait partie des habitudes, de la même manière que manger si tard et faire la sieste.
        Après avoir mangé, ils se rendirent dans leur chambre pour se reposer. L’heure de la sieste était aussi silencieuse que la nuit. Si on parlait, c’était en chuchotant. Maria s’approcha pour leur dire que pendant l’après-midi, ils iraient avec ses amis au châtelet, c’est ainsi que les gens de la ville appelaient le château San Marcos, ancienne mosquée arabe, où, dit-on, est apparue la vierge et qu’un roi chrétien lui composa une chantefable en hommage.
Ils connurent les amis de Maria et Anna. Ils étaient joyeux, ils aimaient la fête, ils parlaient fort et riaient de tout. Un d’eux proposa d’entrer dans les jardins du château et c’est ce qu’ils firent. Ils restèrent tous ensemble là-bas jusqu’au petit matin. Arthur et Maria s’écartèrent un petit peu du groupe et se promenèrent. Ils partageaient le même intérêt pour la nature et la même préoccupation à propos de sa dévastation. A un moment, Arthur fut sur le point de révéler à la jeune fille la raison de son voyage, quelle était sa mission. Ce ne fut pas utile, car apparut entre les ruines le coffre dont avait parlé le vieux sage. C’était une boîte en osier, décorée de coquillages, de petites branches sèches et quelques étranges boules de fibres végétales. L’enfant fut si surpris, que la jeune fille comprit tout de suite que la boîte renfermait un secret qu’elle ne laisserait pas s’échapper. C’est ainsi qu’Arthur lui parla de la maladie d’un membre de sa famille, de l’étrange épidémie, du vieux sage herboriste, du secret de l’élixir, capable d’arrêter cette maladie et du voyage qu’ils avaient fait pour trouver les ingrédients.
Décidément, Maria et son amie n’allaient pas rester en retrait, ils réussiraient ensemble. Ils commençaient dès le lendemain. Ils ne pouvaient pas perdre un seul instant. Ils prirent le coffre et s’en allèrent à la maison. Avec le coffre entre les mains, ils sentaient les battements de la nature et même s’ils étaient agoniques et fragiles, en aidant la nature, ils pourraient la sauver. La nature était toujours un mystère et c’est grâce à elle-même qu’elle pourrait se sauver. Elle avait juste besoin de jeunes désireux de l’aider.
Les quatre amis sortirent très tôt le lendemain matin. Ils se dirigèrent d’abord vers la mer par ce chemin d’arbres et de genêts dont parlait le poète, mais ils ne virent que des routes goudronnées, des voitures, des bâtiments. Un paysage de grues, de camions et de bruits qui n’avait plus rien à voir avec ce qu’il était. Maria leur raconta que la plupart des caméléons furent écrasés par les voitures. C’était des animaux qui marchaient très lentement et en traversant un chemin, devenu route, une voiture passait et les tuait. Sa mère lui raconta que les derniers qu’elles avait vus étaient tous écrasés par une voiture. Quant à elle, elle ne se souvenait plus quand elle en avais vu un pour la dernière fois.
Ils arrivèrent enfin à l’endroit recherché. Maintenant ce n’était plus qu’un petit parc fermé où on avait installé des toboggans et des balançoires pour enfants. Quelques pins rappelaient la forêt qui existait auparavant et il reste encore des genêts à fleurs blanches et jaunes qui parfument l’air. Mais ils avaient beau chercher, les caméléons ne peuplaient plus les genêts depuis bien longtemps.                                                             
- Nous devrons aller aux Toruños, dit Maria, c’est un espace protégé. On le trouvera peut-être là-bas.
Quel endroit magnifique: les marais, la pinède, l’embouchure du fleuve sur une plage vierge, les dunes et les lagunes! Anna commenta que la première fois qu’elle est venue elle a vu des flamants dans les marais salants. Le soleil reflétait les couleurs du paysage, le ciel d’un bleu intense, le vert des pins, le jaune du sable, la variété des fleurs. Tout ceci, ajouté aux sons du vent, de la mer, des oiseaux… Là-bas, ils le trouveraient !
Dans le centre écologique de la zone, ils purent louer des vélos pour parcourir le parc. Ils parlèrent avec les responsables de la réserve pour savoir s’ils avaient vu des caméléons, le guide leur dit que même s’ ils essayaient de conserver l’environnement, c’était une tâche compliquée, car il était trop tard et quelques espèces étaient en voie d’extinction, comme le caméléon qui était désormais protégé par la loi. On mettait des amendes aux personnes qui les capturaient.
 Mais même ainsi, il y a toujours des personnes qui ne respectent pas la nature et qui jettent des canettes, des sacs en plastique… Ils étaient fatigués de devoir ramasser des poubelles dans le parc. Les enfants décidèrent de les aider en nettoyant la plage avec les responsables du parc.
Aucun des enfants n’avait vu un caméléon pour de vrai, ils le connaissaient juste grâce aux livres. Ils savaient ce qu’étaient leurs yeux globuleux qui regardaient dans toutes les directions, sa queue frisée, sa langue agile lorsqu’il s’agit de chasser des mouches, et surtout comment      ils changeaient de couleur pour désorienter leurs poursuivants. Mais ils n’en avaient jamais vu.
         Avant de partir, le gardien, en remerciement, leur offrit un petit olivier qui avait poussé spontanément d’un noyau d’olive et qu’il avait semé dans un pot. Anna dit qu’ils voulaient l’olivier et qu’ils le planteraient comme symbole de la mission qu’ils allaient mener à bien. Ils le prendraient en rendant les vélos. La jeune fille eut besoin de raconter ses sensations et de les laisser à jamais gravées dans sa mémoire. Le soir même, elle les écrirait dans un cahier, qui ferait office de journal intime.
Ils passèrent leur journée à parcourir les marais, ils se reposèrent au soleil, en silence, en contemplant les genêts et les arbres. Ils écoutèrent le vent et la mer, mais aussi les cris d’élèves qui, accompagnés par leurs professeurs, découvraient à bord d’un petit train ce qu’était une réserve écologique.
Le soleil se couchant, le lieu était encore plus beau, teinté des couleurs du coucher de soleil il était donc compliqué de partir de ce merveilleux lieu. Surtout si en plus tu ressens que tu rates ta mission. Une vague de scepticisme et de tristesse envahit les enfants. Maria se rapprocha d’Arthur. Elle savait comment il se sentait. Il n’y avait plus d’espoir, la civilisation détruit tout. Petit à petit nous devrons nous habituer à vivre sans les belles choses du monde. Elle essaya de consoler son ami en lui disant ces choses mais la réaction d’Arthur fut inattendue :
-Non, Maria, non ! Ce n’est pas ça, comprends-le. Ce n’est pas une histoire d’espaces réservés, ni de modes de vie, ce n’est pas une mode de l’écologique d’une poignée de fous. C’est tout le contraire, il faut mettre les choses à l’endroit et commencer à comprendre que la nature n’est pas une partie de la civilisation et de l’homme mais que c’est l’homme qui est une partie de la nature et jusqu’à ce que nous comprenions ceci, notre recherche désespérée du bonheur continuera.
Maria comprit que le problème était plus grave et que par conséquent la solution serait plus compliquée à trouver. Il fallait retourner aux origines de l’homme pour changer sa mentalité et sa conscience. C’est sûr, la vieille Europe malade devait prendre cet élixir qui la transformera et qui lui fera retrouver sa vraie humanité perdue dans la civilisation.
- Je comprends, Arthur, ne perds pas espoir. Nous sommes jeunes et nous lutterons pour y arriver. Le futur nous appartient et nous ne nous laisserons pas vaincre.
Elle se rapprocha de lui et lui prit la main. Arthur serra fort la main qu’elle lui tendait.
- Je connais un autre chemin ! dit soudain Maria, retournons au point de départ: le Non Plus Ultra.
- Que veux-tu dire par là? demanda Arthur
- Oui, la clé se trouve dans ce que tu as dit! Les hommes ont dépassé les limites de la connaissance et se sont crus les maîtres du monde. Où étaient ces limites à l’époque des grecs et des romains?
- Je ne sais pas, répondit le jeune homme.
-  Eh bien, les colonnes d’Hercule, au détroit de Gibraltar, les limites du monde connu, la dernière frontière pour les navigateurs de l’époque. Une fois le détroit dépassé, s’ouvrait un lieu inconnu plein de craintes. Si l’homme n’a pas utilisé correctement la connaissance et la science, c’est peut-être là-bas que se trouve notre salvation. Demain nous irons aux ruines romaines de Bolonia et avant, comme Anna insista, ils planteraient le petit olivier dans le parc du poète, dans le bois perdu. Elle parlerait avec Anna de sa conversation avec Arthur. Elle l’avait vue écrire un journal intime et cela lui avait paru une bonne idée de laisser un témoignage de ce qu’elle avait vécu pour le moment et de, elle en était sûre, ce qui lui réservait le destin. 
La clarté commençait à s’imposer sur l’obscure noirceur de la nuit. Petit à petit, la lune laissait place au soleil. Arthur, assis sur le rebord de la fenêtre, observait, impatient, le petit coffre dans lequel ils devraient mettre les ingrédients.
- De la salive de caméléon, bien sûr! On en trouve partout …!-dit-il à voix basse, avec une pointe ironique et amère dans la voix
Il regarda vers la fenêtre, alors qu’il écoutait le rythme changeant de la respiration d’Anton. Il avait besoin de sortir, d’aller à la recherche de ce fameux caméléon, il ne pouvait plus attendre. Il se leva et se dirigea d’un pas léger vers Anton.
- Eh, Anton, réveille-toi! -Anton se retourna dans son lit- Allez, allez, on doit partir –Dans dix minutes -répondit Anton, avec une voix roque à cause du sommeil.
- Non, allez on doit partir maintenant.
Anton se leva petit à petit, pour éviter d’avoir la tête qui tourne. Arthur sourit en voyant le visage endormi d’Anton.
-  Qu’est ce qu’il y a ? dit Maria, qui venait de franchir la porte.
Derrière elle apparut Anna, frottant ses grands yeux marron, et baillant. Elles étaient toutes les deux drôles à voir.
- Je n’en peux plus d’attendre, Maria dit Arthur en répondant à la question qui n’avait pas encore été posée, mais que tout le monde avait en tête- J’ai peut-être une occasion de la sauver, mais nous n’avons pas beaucoup de temps. Les personnes meurent, tu sais ? Si nous ne nous dépêchons pas, tout ça n’aura servi à rien.
- Doucement, Arthur, ne t’inquiète pas. Laisse nous le temps de nous habiller et nous chercherons de nouveau dit Anton, détendant l’atmosphère.
Une demi-heure après, le soleil brillait déjà. Les quatre enfants sortirent par la porte de derrière, en essayant de faire le moins de bruit possible. Ils cherchèrent le bus le plus proche qui les emmènerait à Bolonia.
- Je suis convaincue que vous allez adorer -dit Maria, dont la joie se voyait dans ses yeux bleus.
        Arthur se motiva un petit peu en voyant le visage joyeux de son amie. Mais il ne pouvait pas effacer de son esprit la tristesse qu’il ressentait à l’idée de ne pas arriver à temps. Anton observait le paysage, qui changeait peu à peu. Des petites maisons et des champs défilaient devant ses yeux jusqu’au moment où il vit la mer, qu’il n’avait pas l’habitude de voir de si près dans son pays. C’était un paysage inouï. Aucun d’eux ne s’imaginait voir un tel paysage. Au fond, la mer, d’une eau pure et cristalline. Depuis la plage on pouvait parfaitement voir l’Afrique, car seulement 14 kilomètres les séparaient. Le téléphone portable d’Anna lui souhaita la bienvenue au Maroc. A droite, on devinait le manteau vert des cimes des pins et en son flanc, une immense dune, aussi gigantesque qu’une montagne, qui prenait racine dans la mer. Et depuis cette même plage, tu pouvais voir les colonnes d’un temple romain et ses statues. Comme une prémonition qu’ils étaient dans le bon endroit, ils virent passer par le détroit un groupe de dauphins qui nageaient vers l’océan.
- Comment un tel lieu peut-il exister ? dit Anton, habitué à la neige de son pays, -je me sens grand, géant, comme Hercule. L’Afrique est là-bas et je peux presque la toucher, et je suis en Europe. Dans mon dos, comme témoignage muet du temps qui passe, se trouvent des ruines romaines et ce soleil, qui réchauffe, et ces arbres qui se différencient du bleu du ciel, et cette dune, immense, que le vent fait chavirer à tel point qu’elle a l’air vivante. Et en plus, il n’y a personne. La plage n’est pas urbanisée.
- C’est que l’accès à cet endroit est compliqué, comme tu as pu le constater. Allez, on va se baigner dans la mer, lui suggéra Anna.
Ils n’hésitèrent pas, ils se dévêtirent rapidement et plongèrent dans ces eaux transparentes, dans lesquelles on pouvait voir les poissons. L’eau était très froide et les vagues étaient grandes et écumeuses. Ils se sentirent libres. Le goût salé de la mer, l’impression de petitesse qu’ils ressentaient, plongés dans cette masse d’eau vive, qui s’agitait avec les vagues. Ils nagèrent et jouèrent sans se poser de question. Ils se sentirent de nouveau comme des petits enfants.
Il était déjà plus de midi, et les intestins des enfants commençaient déjà à grogner. Ils n’étaient pas encore habitués à l’horaire espagnol. Ils ne mangeaient jamais si tard. Le gargouillement d’Arthur fut le plus bruyant de tous, ce qui provoqua des éclats de rire.
- C’était mon estomac, hein dit-il gêné.
Cette affirmation provoqua un éclat de rire à Maria, dont le regard était figé sur Arthur, sans pouvoir penser à autre chose. Ses yeux étaient aussi profonds que la mer, et aussi brillants que les étoiles. C’était si...
- La terre appelle Maria, tu me reçois ? ui dit Anna, la sortant de ses rêves.
- Eh, quoi ? dit Maria, qui sentait qu’elle rougissait.
- Tu as amené à manger ? demanda Anna, avec un sourire complice.
- Ah, oui ! Une seconde, répondit-elle, se tournant pour chercher dans sa petite valise verte
- C’est là ! dit-elle joyeusement.
Elle repartit un petit tupperware à chacun, avec des couvercles de différentes couleurs, et dans lequel il y avait quelque chose de marron doré. En ouvrant le tupperware et en sentant, de la bouche d’Arthur sortit un petit cri de plaisir.
- Ca sent bon ! dit-il émerveillé alors qu’il le prenait pour goûter- Hum... c’est quoi?
- C’est un bifteck pané. Hier ma mère m’en a laissé quelques-uns préparés pour aujourd’hui, et avant de sortir, j’ai décidé d’en prendre.
Personne ne parlait alors qu’ils mangeaient. Parfois, Maria regardait Arthur, et s’il s’en rendait compte, elle se retournait et rougissait de nouveau.
Quelques heures plus tard, le soleil commençait déjà à se coucher. Ils se promenaient au bord de l’eau, pendant que Maria leur racontait des histoires de son enfance, qu’elle allait avec sa famille sur cette plage où elle jouait dans l’eau jusqu’au crépuscule.
- On mangeait des sandwichs de tortillas...
- Et des biftecks panés ? l’interrompit Anton
- Oui, des biftecks aussi, répondit Maria enchantée à l’idée qu’Anton ait tant apprécié la nourriture préparée par sa mère.
Pendant qu’ils se promenaient, Ana regarda une pierre, où était gravé quelque chose. La jeune fille s’arrêta, appelant les autres.
- Que se passe-t-il?, demanda Maria préoccupée.
- Venez, je crois que j’ai trouvé quelque chose ! dit Anna
La pierre était usée et moisie. Malgré tout, les lettres étaient parfaitement déchiffrables. Avec précision et fermeté, quelqu’un avait écrit dessus : 
« Chers voyageurs,

Le voyage a été compliqué, et il sera dur, mais vous ne devez pas regarder derrière, car tout travail a une récompense. Vous devrez passer par beaucoup d’autres lieux, et vous vivrez des aventures insoupçonnées, mais maintenant je vous dis seulement qu’au plus haut point, vous trouverez le cœur de Bolonia, et avec lui, la raison de votre présence ici. Et souvenez-vous: tout peut s’accomplir si le rêve est possible.

A votre service : Un humble serviteur »
- Que veut-il dire par “le point le plus haut”? dit Maria perplexe
        Anna commença à regarder autour d’elle. Le point le plus haut. Le cœur de Bolonia. Notre objectif... Il était clair pour elle que lorsqu’il parlait d’objectif il se référait au caméléon, et à propos du point le plus haut, et bien, logiquement, il se référait à un lieu élevé, sûrement, la dune. Mais, le cœur de Bolonia? Elle ne comprenait pas cette partie. Elle continua à regarder autour d’elle. L’amphithéâtre? Le musée? Son regard se dirigea, sans qu’elle ne s’en rende compte, vers les dunes, et en levant les bras, elle commença à courir, en criant : Suivez-moi les amis, je sais où c’est !
        Et elle partit en courant en direction de la montagne de sable Le sable brûlait les pieds, ce qui fit qu’ils se dépêchèrent toujours plus. Parfois ils glissaient vers le bas, comme s’ils étaient en train de monter un escalator en sens contraire. Ils rigolèrent beaucoup tous les quatre à cause de cette drôle de sensation.
Au final, Anton fut le premier à atteindre le sommet et il s’assit en attendant ses amis. Il voulut faire une blague à Anna en faisant semblant de la pousser pour qu’elle tombe tout en bas mais lui-même se chargea de l’aider pour qu’elle ne tombe pas. Ils rigolèrent beaucoup de cette blague.
Ils étaient enfin arrivés au sommet, après cette divertissante ascension. Anton s’assit près d’Anna, observant le paysage qui les entourait désormais. Même si la lumière s’assombrissait, le paysage s’illuminait de lui-même. Entouré par des montagnes et la mer, qui brillait majestueuse devant lui, Anton décida qu’il ne pourrait pas mourir avant de revenir dans cet endroit. Arthur fut incapable de s’asseoir, ni de contempler le paysage. Il regardait des deux côtés, sans être capable de trouver quelque chose. Une grotte, un arbre, n’importe quoi. Rien, il n’y avait rien. 
         La nuit était enfin tombée sur la plage froide de Bolonia. Maria voulait partir, mais Arthur ne voulait pas. “S’il te plaît, Maria, avait-il dit, ceci est très important pour nous tous, nous ne pouvons pas partir comme ça, les mains vides. S’il te plaît, sois confiante, ne perds pas espoir.                                                                                 Mais le froid commençait à le faire trembler et ses dents claquaient.
- Tu as froid ?, lui demanda Arthur.
- Oui, dit Maria à mi-voix
         Arthur serra alors Maria dans ses bras, elle qui sentait à quel point ses joues rougissaient. Elle remercia l’obscurité de la nuit qui empêchait à Arthur de voir son visage. Elle décida de ne pas bouger, de rester comme ça, dans cette position, entre ses bras, c’était une offre du destin qu’elle ne pensait pas refuser.
Deux heures de plus passèrent. Le froid torturait toujours les enfants, mais ils ne pouvaient pas se laisser vaincre. Tout d’un coup, derrière quelques genêts, on entendit un bruit, et les branches commencèrent à bouger. Les quatre se levèrent en même temps, dans un mouvement presque comique. D’entre les genêts sortit le visage familier du vieil arboriste.
- Je vois que vous avez eu du mal à arriver jusqu’ici, mais j’ai apprécié votre détermination, et votre loyauté. J’ai ici la dernière épreuve. Derrière moi va s’ouvrir une porte, qui vous conduira, par le biais d’un passage secret, au cœur de Bolonia. Le caméléon est là-bas. Bonne chance !
Et comme il était arrivé, le vieillard s’en alla. Les enfants avancèrent sans parler. L’intérieur du passage était obscur et humide. Les racines couvraient le plafond, du sable et des insectes tombaient. Plusieurs fois, des insectes tombèrent sur Anna, provoquant quelques petits  cris de dégoût. A chaque pas qu’ils faisaient ils pénétraient de plus en plus dans l’obscurité.
Après qu’ils eurent parcouru une longue distance une lumière commença à briller devant leurs yeux. Ils commencèrent à courir, soulagés de pouvoir voir. Ils arrivèrent dans une grande ferme, où les mêmes racines qui, avant, les avaient horrifiés, les émerveillaient désormais. La lumière venait du centre de la ferme, où se trouvait un énorme être vert, avec des yeux exorbités, énormes, et dont le regard était triste. Sa peau pleine d’écailles, sa longue queue qui se dressait droit, avec un petit cercle au bout. Ils étaient devant le caméléon.
            De plus, sortaient des racines et toujours plus de racines, qui se rejoignaient sur les murs de la ferme. De certaines, poussaient de petites fleurs, dont les fruits n’étaient ni plus ni moins que de la lumière. Ils comprirent alors :
- Le cœur de Bolonia, dit Anna d’une voix triste.
- Mon Dieu, murmura Maria, il est énorme…
- Oui, il est énorme, dit Anna, en mettant sa main dans son sac- Il va mourir! Il languit! Il est épuisé, son cœur bat lentement !
Elle sortit de son sac un petit flacon en verre que lui avait donné le vieux sage, dans le dos des autres, quand ils étaient entrés dans la grotte. Elle s’approcha de lui sans peur. Quand elle se trouva face à lui, ils se regardèrent dans les yeux. L’animal ouvrit la bouche et un filet de bave sortit. Cet instant fut magique. Anna comprit l’animal et se dépêcha d’ouvrir le coffre pour que la bave coule dedans.
C’est alors que la lumière du caméléon  brilla toujours plus, les laissant aveugles. A l’intérieur de leurs esprits, ils entendirent la voix du vieillard disant :
“Vous avez accompli la dernière épreuve. Vous avez été très courageux, et vous vous êtes dépassés. Anna, tu as été capable de voir plus loin que personne. Anton, Arthur, Maria ne croyez pas que je ne vous ai pas observés. Vous avez été courageux en ayant confiance en votre objectif et en même temps, fidèles à vous-mêmes. Vous avez terminé votre mission en Espagne. Nous nous reverrons très vite.”
La voix disparut en même temps que la lumière aveuglante, et les jeunes apparurent en haut de la dune. Il commençait à faire jour, et les premiers rayons de l’aube bourgeonnaient sur la mer. Ana regarda sa main. Dans celle-ci, se trouvait un petit flacon en cristal, avec un bouchon en liège, et dans lequel se trouvait un liquide brillant et collant qu’elle se dépêcha de mettre dans le coffre. Un sourire se dessinait sur son visage.
- Nous avons réussi ! cria-t-elle en levant la main.
Les autres l’imitèrent, criant de joie, et levant les mains en l’air. Ils avaient réussi! Ils avaient dans le coffre le premier ingrédient de l’élixir. Et maintenant, quoi? Ils étaient tous d’accord : dévaler la dune ! La nuit tombait déjà, ils rangèrent tout ceci dans les sacs et dévalèrent. Ils faisaient des tours vers le bas mais se sentaient entourés par quelque chose de plus que par du sable. Quelque chose qui prenait de la vitesse, comme une spirale qui les emmenait au loin. En effet, ils avaient trouvé la manière de se transporter dans le pays suivant où ils devaient continuer la recherche des autres ingrédients de l’élixir.

A suivre... Christine.

Les rôles et les objectifs du Parc Naturel Régional de Brière



Voici le travail réalisé par nos élèves pour votre venue:

(Malheureusement, il manque les photos!)


Les rôles et les objectifs du Parc Naturel Régional de Brière

        Un Parc Naturel Régional a pour vocation de protéger et de valoriser le patrimoine naturel, culturel et humain de son territoire en mettant en œuvre une politique d'innovation, d'aménagement et de développement économique, social et culturel, respectueux de l'environnement.


            Pour préserver le marais, ses paysages et sa biodiversité, le Parc Naturel Régional de Brière a été créé le 16 octobre 1970. Il s'étend sur 49 000 hectares et concerne 17 communes.


Principaux objectifs du Parc Naturel Régional de Brière :
                     Protéger l'environnement et les paysages
                     Protéger la biodiversité (la faune et la flore)
                     Préserver et valoriser les activités humaines sur le territoire (agriculture, petites industries, tourisme, artisanat...)
                     Conserver le patrimoine historique (traditions, monuments...)
                     Accueillir les touristes et sensibiliser les habitants
                     Éduquer les jeunes à la préservation de leur patrimoine

Quelques exemples d'actions de protection réalisés par le Parc :
                   Protection de la loutre (aménagement de passages sous les routes)
                   Protection d'espèces d'oiseaux en danger (Gorge bleue, Spatule blanche, Butor étoilé, Guifette noire)
                   Protection des mares et des amphibiens (Rainette verte, Salamandres et tritons)
                   Suivi et contrôle de la qualité de l'eau (pollution)

Des activités humaines et des métiers à valoriser :
Les ressources du marais doivent être valorisées pour assurer un développement économique qui permette un développement durable du territoire du Parc :
    Dans le marais :
         Des machines du parc (drague, pelleteuse) extraient les vases noires du fond des canaux pour empêcher leur comblement. Ces vases entrent ensuite dans la composition de terreaux et de supprots de culture et sont donc utilisables en horticulture, par les maraîchers de la région nantaise par exemple.
         Des agriculteurs briérons élèvent des bovins sur les prairies naturelles et vendent l'essentiel de leur viande dans des commerces de proximité (circuit court) sous le label “viande bovine du Parc naturel régional de Brière”. Cette activité agricole maintient la diversité des paysages qui sinon évolueraient en roselières et améliore la biodiversité dans le marais.

    Autour du marais :
         Le Parc préserve les villages de chaumières. Aujourd'hui, dix entreprises de
couverture en chaume assurent l'entretien et la rénovation des toitures.

    Dans les secteurs proches du littoral, le Parc valorise les étendues de marais salants en organisant des visites guidées sur les salines et  des expositions installées dans la nouvelle salorge (grenier à sel) :
         Les paludiers du bassin du Mès accueillent des scolaires sur leurs exploitations.
         Les animateurs du  Parc permettent aux scolaires de découvrir le paysage, la faune et la flore marine et du bord de mer.

Le Parc favorise un tourisme durable :
            Le Parc naturel régional de Brière travaille avec l'Office de Tourisme de Brière pour favoriser un tourisme axé sur la nature et sur la découverte du patrimoine.
            Il encourage les déplacements doux sur le territoire du Parc :  randonnées à pied, à vélo, à cheval, découverte du marais  en chaland. Des topo guides ont été édités pour signaler les chemins de randonnées.
            Si les professionnels du tourisme présents sur le territoire s'engagent à respecter un cahier des charges, ils bénéficient de la marque « parc » et leur établissement apparaît dans les brochures distribuées par le Parc Naturel Régional de Brière.
Le développement culturel est encouragé :
Le Parc assure également la promotion  du patrimoine culturel : les contes et légendes, les chants mais aussi les activités artisanales qui exploitent les ressources du territoire : la poterie, la vannerie, ...
Le Parc éduque les jeunes à la connaissance du patrimoine et au développement durable du  territoire :
            Au village de Kerhinet à St Lyphard, des « classes vertes » sont accueillies et encadrées par des animateurs du Parc pour découvrir les paysages, la biodiversité du marais briéron et du littoral.
            Des projets sont menés avec les écoles, les collèges et les lycées des communes du Parc pour sensibiliser les jeunes au patrimoine de leur territoire et à la nécessité de le protéger et de le valoriser. Par exemple, pour la seconde année consécutive, nous participons au projet « Un territoire, de l'eau et des hommes ».
Travail réalisé par Maïwen Yvin et Lorna Ernaut

A BIENTÔT... Christine

23 avril 2013

Les lettres aux amis



Les Polonais ont écrit les lettres aux amis de France. Vous devez les recevoir bientôt.

19 avril 2013

VOICI NOTRE PROGRAMME POUR VOTRE VENUE

VOICI NOTRE PROGRAMME POUR VOTRE VENUE :

ON VOUS ATTEND                       A BIENTÔT...

Chapitre des aventures en Italie ( en français )

« Ne me réveillez pas je vous en prie mais laissez-moi dormir ce sommeil ........... sur un char sans roues tiré par les chevaux du mistral »-Anna chantonnait alors que le ballon commençait à monter. Ses amis étaient excités par l’ivresse du vol et, en riant préoccupés, regardaient en bas les maisons et les gens qui devenaient de plus en plus petits. Elle était nerveuse mais heureuse de rentrer chez elle , elle avait envie de revoir sa famille et de faire connaître son île à ses amis . « Vous connaissez la Sicile ? » demanda-t-elle à ses amis. « Non ! Jamais été là ! » répondirent les trois. « Alcamo, ma ville, - dit Anna - est nichée entre le Mont Bonifato et les campagnes fertiles, connues pour leurs vignobles, qui descendent doucement vers la mer Tyrrhénienne.» « Tu as de la chance ! - répliqua Anton - la mer, la campagne, la montagne : tu peux choisir tous les jours où passer ton temps libre ! ». « Moi, je dois voyager plus de trois heures pour aller à la mer ! » « C’est vrai ! – répondit Anna- Mais les problèmes ne manquent pas. Tu sais ? J’ai appris de mes amis sur Facebook que le mont Bonifato , pendant mon absence, a été gravement endommagé par un vaste incendie, presque certainement volontaire, qui a détruit le bois et tué les animaux. La même chose s’est passée dans la Réserve Naturelle du Zingaro , véritable paradis de la nature, visité par beaucoup de touristes. Je ne peux pas comprendre comment il y a des gens si insensibles envers la nature. Qu’est-ce qu’ils ont intention d’obtenir par ce massacre ?. »

                                                                      
 « C’est l’une des raisons pour lesquelles notre vieille dame est de plus en plus malade- dit Arthur- elle souffre pour l’avidité de ces hommes qui n’hésitent pas à détruire tout ce qui empêche leurs objectifs. Ces hommes qui ne connaissent que leurs propres intérêts et ne respectent rien ni personne » « C’est vrai ! » dit Anna « et nous devons mettre fin à la dégradation et sauver Europe. » Arthur intervint : « Malheureusement, cette situation n’améliorera pas si nous ne trouvons pas tous les ingrédients de l’élixir et nous ne savons pas encore quoi chercher en Sicile !» Marie qui ne se décourageait jamais dit: « Nous trouverons certainement des indices qui nous aideront. » Et le temps s’écoulait, le ballon voyageait rapidement vers le sud. Après plusieurs heures de voyage, Anna aperçut au loin dans la mer un triangle de terre familier. La Sicile ! Enfin arrivés ! Son expression a été accueillie par des cris de joie des autres. « Regardez, regardez ! C’est magnifique ! C’est quoi ? » demanda Anton, en indiquant un paysage taché de neige, feu, fumée et lave qui se détachait dans le ciel. Anna sourit, elle comprenait son étonnement, et dit : « Ce que vous voyez là-bas est l’Etna, le volcan le plus haut d’Europe, il est toujours actif et quand il ne l’est pas . il est temporairement dormant. »


 Ils continuèrent à regarder les paysages changeants jusqu'à ce que le ballon, comme par enchantement, commença à descendre doucement jusqu’à toucher le sol. Anna reconnut immédiatement l’endroit : la place de l’ancien château de Alcamo. Il était sept heures du soir et il faisait très sombre puisqu'on était en Novembre . La place était presque déserte sauf un petit nombre de personnes qui regardaient un spectacle du Théâtre de marionnettes où le chevalier Roland luttait contre les Sarrasins. Le spectacle fut interrompu par leur arrivée et les peu de spectateurs intrigués par ce truc bizarre, s’approchèrent. L’un d’eux reconnut Anna : c’ était le vieux jardinier du parc de la place , un ami de son grand-père.. « Oh ! Anna, ma chérie, d’où viens-tu ? Et pourquoi en ballon ?! Je ne pensais pas qu’on pouvait encore voyager de telle façon ! Qui sont tes copains de voyage ? » demanda-t-il. « Ce serait trop long à raconter mais un jour, vous comprendrez - répondit Anna – Je connais ce qui est arrivé à la montagne Bonifato , combien de plaies pour notre chère Europe! Il n'y a pas une minute à perdre, nous devons accomplir notre mission le plus tôt possible. Mais comment? ". « Retrace les étapes de l'histoire de ton pays avec tes amis et trouverez ce que vous cherchez. » Anna se tourna vers ses amis pour chercher de l'aide à comprendre ces mots et quand elle se retourna pour lui demander ce qu'ils devraient faire , lui et le ballon avaient disparu. Surpris et un peu effrayés, ils se dirigèrent chez Anna. Sur le chemin, ils passèrent l’ ancien couvent « S. Francesco di Paola » où des religieuses cloîtrées vivaient dans la prière, et pas loin de là ils admirèrent la maison natale de Cielo d’Alcamo, grand poète ménestrel du 1200 et auteur du célèbre contraste « Rosa fresca aulentissima ».


 « Et nous voici chez moi »- Anna dit, s'arrêtant à la porte d'un immeuble ancien. Elle frappa et sa mère se précipita vers la porte. Elle les attendait impatiemment et les embrassa tous avec élan . Elle les invita à entrer. Le père d’ Anna qui les attendait dans le salon, les accueillit et se montra très amical envers eux. Il s’informa de leur voyage et se contenta de brèves réponses données par les garçons . Après avoir placé les bagages dans leurs chambres, les amis descendirent dans la cuisine où la mère d’Anna préparait le dîner et à peine elle se retenait de poser plusieurs questions parce qu'elle comprenait leur fatigue. Le dîner fut rapide parce qu’ ils ne désiraient qu’un lit chaud et confortable : le voyage avait été fatigant et il y avait encore beaucoup à faire. Il était 3h00 du matin, Anna se réveilla d'un sommeil agité, elle savait maintenant que tout dépendait d’elle. Elle connaissait bien la Sicile . Dès son enfance, elle avait aimé explorer des endroits inconnus. Elle aimait apprendre la culture, les habitudes, les coutumes des peuples qui avaient habité son île: Élymes, Grecs, Arabes, Normands ..... vestiges maintenant dominés par la négligence et les caprices de l'homme. Elle revit les deux précédents voyages à la recherche des ingrédients de l'élixir. Cette nuit-là semblait comme si le temps s'était ralenti. Anna était couchée dans son lit dans le silence de la nuit. Elle ouvrit ses yeux un instant et quand elle les referma elle s’en alla loin : elle pensait, rêvait, son esprit vagabondait libre à travers le temps et l'espace. Elle revint en Andalousie, où elle avait rencontré Marie, Arthur et Anton, se rappela du vieux sage et comprit le grand souci dans ses mots, l'espoir et la confiance placés en eux: sauver la pauvre l'Europe, ça était leur mission. Maria, Arthur, Anton, qui avait voulu cette rencontre? Pourquoi eux ? Qu’est-ce qui les avait amenés à accomplir une tâche si difficile? C'était comme si un fil invisible liait leur vie et les attirait là-bas, où quelqu'un voulait qu'ils soient. Anna revit les rives de l'océan, le tunnel, la dune, Bolonia, le caméléon au bout de forces. Elle repensa à Arthur, à sa grande consternation: aucun espoir de sauver Europe, et puis…… voici, quelque chose te parle, quelqu'un te montre le chemin, tu dois être là, écouter, voir, les signes ne manquent pas. Les pensées se poursuivaient, se chevauchaient, se confondaient. Elle revit la maison d'Arkady Fiedler, devenue un musée, les bois de chênes et combien d'efforts pour récupérer les glands de l'élixir ! Elle était confuse, ce n'est que vers cinq heures elle fut capable de se rendormir. Deux heures plus tard Maria fut réveillée par les rayons du soleil qui envahirent sa chambre. C'était une très belle journée, elle se leva, elle ne voulait pas perdre de temps, il fallait agir. Elle entra dans la chambre d'Anna, les cheveux embrouillés couvraient son visage , les vêtements de la veille étaient encore abandonnés aux pieds du lit, et elle dormait tranquille. Elle s'approcha d’elle en murmurant doucement : «Anna, réveille-toi!" Se tournant vers Maria, Anna ouvrit les yeux et se leva .Guidées par l'odeur délicieuse des gâteaux tout frais, elles entrèrent dans la cuisine où Arthur et Anton étaient déjà assis pour prendre leur petit déjeuner. La mère de Anna avait préparé un gâteau au chocolat, une tarte aux pommes, avait acheté des croissants et mis un pot de lait sur la table. Bien sûr, il ne pouvait pas manquer la cafetière pleine de café chaud. Les jeunes quittèrent la table, ils étaient vraiment satisfaits du petit déjeuner. De retour dans sa chambre, Anna, encore en pyjama, les informa du programme de la journée: « Nous irons à Erice peut-être que nous allons trouver quelques indices là-bas. » Ils se sont habillés et sont sortis rapidement , les mots d'Anna avaient suscité une forte curiosité. Erice, ce nom leur rappelait quelque chose ..... Un lieu de mystère, quand le brouillard l'enveloppait dans la nuit, et des sciences car il y avait le célèbre Centre "Ettore Majorana". À 9 heures, ils montèrent en voiture, Anna devant, car elle souffrait de mal de voiture : elle connaissait les tournants qui conduisaient à Erice et elle savait que le voyage ne serait pas facile. Arrivés aux portes de Erice, ils saluèrent la mère d'Anna en lui disant qu'ils auraient appelé dans l'après-midi pour aller les chercher. En marchant, la première chose qu’ils remarquèrent étaient des antennes géantes enveloppées dans un épais brouillard en contraste frappant avec les anciens murs cyclopéens. Anna expliqua aux autres que les habitants de Erice savaient que les antennes produisaient une grande quantité d'électro smog, mais après quelques batailles inutiles ils s’étaient résignés à vivre avec ça. Ils traversèrent la ville, pénétrant à travers des ruelles étroites que Marie, Arthur et Anton apprécièrent. Se promenant dans les rues ils admiraient, à travers les grilles, les cours fleuris et dans l'une de ceux-ci, Arthur prit une fleur et il le donna à Marie, qui rougit et le remercia d'un baiser. Après avoir parcouru un chemin si étroit, que Anton avait du mal à croire qu’il pouvait passer, ils sont arrivés sur une petite place, et de là ils ont pris un chemin escarpé et après quelques mètres, sur une ancienne porte en bois ils ont vu une inscription "CENTRE DE CULTURE SCIENTIFIQUE E. MAIORANA. "


 « Ettore Majorana - dit Arthur lisant l'inscription - mais qui était ce Maiorana? Que faisait-il? » « Maiorana - Anna répondit - était un grand physicien nucléaire de Sicile. Il a fait d'importants études sur les particules sub-nucléaires. » « La bombe atomique ... » - dit-il presque à lui-mê
me. « Exactement – répliqua Anna – des études importants, mais aussi de grands intérêts économiques et militaires. Maiorana, génie de la physique , a mystérieusement disparu en 1938 ". «Juste avant la Seconde Guerre mondiale »- s’exclama Arthur. « Ouais - Anna dit - et personne n'a jamais entendu parler de lui. Suicide, enlèvement, certains disent même qu'il est encore vivant ........ Sciascia, le grand écrivain sicilien a écrit un livre sur Maiorana. Qui sait, il est peut-être ici, à Erice, caché dans la brume de ce village perché sur la montagne. » Ils frappèrent à la porte et un homme très âgé, ouvrit et dit: «Les gars, qu'est-ce que vous voulez? Comment puis-je vous aider? " Anna répondit : « Nous cherchons un endroit où passé, présent et avenir se rejoignent sans se heurter.» Voici ses mots, mais d'où ils étaient venus? Ses amis se regardèrent les uns les autres, incapables de cacher leur étonnement. Le vieil homme avait compris: « Ici, vous trouverez sûrement ce que vous cherchez, vous êtes les bienvenus, n'hésitez pas à visiter le centre et vous trouverez les réponses à vos questions. » Il les introduisit dans une grande salon et leur expliqua les activités du centre où périodiquement des scientifiques le monde se réunissaient pour surveiller l'état de l'environnement . Après il prit congé en les invitant à visiter les locaux de la bibliothèque, le sismographe, les salles de conférences, et il leur dit que, à la fin de leur visite, il aurait été heureux de leur donner plus d'informations. Les amis regardèrent tout autour, par où commencer? Nombreuses portes à ouvrir, sur chaque porte une plaque, ils commencèrent de celle qui conduisait au sismographe où un chercheur très gentil leur montra, à travers le tracé , les activités sismiques en Sicile, et parla d'une île parue et disparue au bout de quelques mois , l'île Ferdinandea. « Combien de mystères qui entourent la Nature! » - observèrent les quatre amis. Après ils continuèrent à visiter le bâtiment et, pendant qu'ils étaient à l'intérieur de la bibliothèque, Arthur qui aimait les mathématiques, vit un livre de Pythagore, qui le fascinait beaucoup. Il le prit pour le feuilleter et clic! la librairie se mit à tourner. Il sauta en arrière et lorsque le mécanisme s’arrêta, il s’approcha de l’entrée avec prudence en découvrant un escalier qui montait si haut qu’on ne pouvait pas voir le sommet. Les autres demandèrent : « Que faisons-nous maintenant? » « Je pense que nous devrions aller voir qu' est- ce qu' il y a là- haut. Si le destin nous a amené ici, il y aura une raison.» dit Maria. Tous étaient d'accord avec elle mais ils devaient faire attention parce qu'ils ne savaient pas ce qui les attendait. En montant, ils regardaient de tous les côtés et alors qu’ils s'approchaient des dernières marches voilà ! quatre serpents longs et noirs à l’air menaçant se matérialisèrent en face d’eux. Les jeunes reculèrent et quand ils étaient assez loin de leur vue se demandèrent quoi faire. Anna dit qu'elle avait lu un livre de mythologie où les quatre serpents noirs étaient les gardiens des anciens trésors de Erice et ils ne pouvaient être rendus inoffensifs que par ceux qui manifestaient une énergie particulière née de l'amour entre la lune et l'eau de mer. Alors qu’elle disait ça, un rayon de soleil frappa la pierre de lune que Anna portait autour de son cou. Elle adorait les pierres précieuses et les cristaux pour leur beauté et parce qu'elle pensait qu’elles cachaient la force de la nature. Elle se souvint d'avoir acheté ce médaillon avant de partir comme porte-bonheur contre les dangers du voyage. Mais oui, c'était la pierre qui les aiderait contre les serpents ! Ceci dit, ils montèrent rapidement et Anna montra le médaillon étincelant aux serpents qui s'inclinèrent tout de suite pour laisser passer les jeunes. Ils se trouvèrent dans une salle très lumineuse au centre de laquelle il y avait un coffre en verre. En s'approchant, ils regardèrent : à l'intérieur il y avait un herbier. Arthur le prit: « Apium », tel était le titre. Il l'ouvrit et lit qu’ il s'agissait d'une plante qui poussait dans une petite ville près de là : Selinunte, en grec «Selinon » , d'après le nom de la plante sacrée à Séléné, la déesse de la lune. Apium était le nom de la même plante en latin. Quelque chose lui disait que c'était un élément sur lequel fonder leur recherche. Il montra l'herbier à Anna. «Que sais-tu de cette plante?" demanda. Anna regarda attentivement et répondit: «Cette plante pousse encore aujourd’hui à Selinunte et elle était représenté sur les pièces de cette ville au temps où elle était une colonie grecque. Je pense que c'est l'ingrédient que nous cherchons. » Ils prirent les informations sur la plante et se dirigèrent vers la sortie. Le vieux monsieur les attendait..... mais comment ça se fait qu’ils ne l’avaient pas reconnu avant? C’était toujours lui, le vieux sage: «C'est bien, les gars, vous avez trouvé les choses anciennes parmi les nouvelles, poursuivez votre chemin, allez au château de Vénus, et de là, continuez. » Il les salua avec un sourire et une étreinte pleine de confiance. Ils s’acheminèrent et rapidement ils arrivèrent à une esplanade et là, devant leurs yeux: le château de Vénus.


 Le soleil se couchait et ses rayons illuminaient, comme des projecteurs, en bas, les marais salants, et teignaient de rouge les tas de sel qu’on voyait au loin. Quel petit bijou! Prudemment, ils s'approchèrent de la falaise sur laquelle s'élevait le château, ils remarquèrent une ombre qui errait autour des murs, ils avaient peur mais la curiosité les poussa à suivre le mystérieux personnage qui s’était aperçu d’eux. Il errait parmi les buissons, puis disparut dans l’ enceinte du château. Ils tournèrent de l'autre côté des murs et ils arrivèrent à une ouverture, ils entrèrent et voici la même silhouette évanescente qui s'approcha d’ eux et, comme si un souffle de vent touchait leurs oreilles, ils entendirent se lever une voix: «Aceste est mon nom, je demeure ici depuis 2600 années, je ne peux pas quitter la ville que j’ai fondé avec Elimo. En bas, dans la vallée, quel bruit, quel trafic et combien de commerce , les Phéniciens à Mothya et à Drepanon, mais ici tout est calme, le temps s'est arrêté. Oh, quelle plaie, ces arbres de fer. » Il s'arrêta en soupirant et après il continua : « Je suis le fils de Egesta, belle jeune fille en fuite de Troie et du dieu du fleuve Crimiso, leur amour m'a conçu dans les eaux chaudes sulfureuses du fleuve, où il rencontre les eaux froides juste avant de se jeter dans la rivière Belice .. Oh ... l'eau, l'eau génère, unit, divise, purifie ... pensez ... l'Eau ... » En disant ces mots, il disparut. Les garçons se regardèrent stupéfaits. " L'eau! " – ils réalisèrent que un nouvel indice avait été ajouté. Ils ne dirent rien, pendant qu’ils descendaient. Anna savait où sa maman les attendait, surement dans un de ces délicieux café d’Erice qu’elle aimait bien. Elle était là-bas à les attendre, mais elle pouvait y rester encore longtemps, car le temps passait agréablement. « Je ne me souvenais presque plus ce qu’il voulait dire s’arrêter pour jouir de petits plaisirs que la vie nous offre. » Ceci dit, elle salua les gars et les invita à s’asseoir pour goûter les délices du lieu : les gâteaux d’Erice, combien de soin pour la préparation. Le comptoir de la pâtisserie était un spectacle de formes et de couleurs, gâteaux d’amandes, chaudes et parfumées ‘’genovesi’’, ‘’frutta di martorana’’……


 A la sortie du café, une nappe de brouillard dans les petites rues du village créait une atmosphère magique. Dans le silence ouaté ils entendaient seulement leurs pas. Arrivés au parking ils montaient dans la voiture pour aller à Trapani. Là-bas le coucher du soleil teintait de rouge les quelques nuages dans le ciel. La mère de Anna proposa: « Que pensez-vous d’un petit détour ? Nous pourrons aller aux marais salants qui au coucher du soleil offrent un spectacle ravissant de lumières et de couleurs et avec un peu de chance nous pouvons voir les flamants rose.» Les gars étaient heureux à l’idée attirante. Après cinq minutes, ils étaient sur place et comme avait dit la mère de Anna le spectacle était merveilleux. La mer bleue intense, des cumuls de sel, parfaitement alignés, dont quelques-uns soigneusement couverts par des tuiles de terre cuite et au loin les iles Egadi. Ils ont marché jusqu’au vieux moulin à vent, où le gardien du lieu, malgré l’heure, gentiment, fait voir l’ancienne technique de la préparation du sel qui se répète de siècle en siècle en leur montrant le fonctionnement du vieux moulin. Les gars en remerciant pour la cordialité, ont compris l’amour pour ces lieux. A la sortie ils s’engageaient dans un sentier qui reliait les bassins des salines. Anton et Maria marchaient lentement côte à côte en sachant qu’ils n’auraient jamais oublié ce moment. Ce n’était pas encore fini : une volée de flamants rose étaient encore là pour jouir des derniers rayons de soleil. Restés sans parler, enchantés par tant de beauté . Maintenant il fallait retourner à la maison. Le soir après diner, assis sur le lit de Anna, ils pensaient à cette fantastique journée et aux rencontres mystérieuses. « Demain nous irons à Sélinunte » dit Anna. Aux premières lueurs du jour, vu les milles choses à faire, les quatre amis se sont levés en même temps, et après un copieux petit déjeuner ils décidèrent de reprendre leur recherche. Le père de Anna s’offrit de les accompagner dans ce lieu qu’il avait envie de revoir et que surement avait beaucoup changé. Arrivés à Sélinunte en moins d’une heure, le père de Anna ne reconnaissait plus ce lieu qui était dans ses souvenirs. Une grande dune partageait le parc archéologique du centre-ville, des vilains immeubles construits illégalement. Ils se dirigèrent vers l’entrée du parc pour admirer les superbes temples de cette ancienne ville grecque du VI siècle avant J.-C.


 Une brise légère soufflait et le soleil brillait dans le ciel bleu qui seulement dans ce lieu créait des jeux de lumière et faisait paraître les temples comme peints sur une toile. Parmi les ruines les amis sautaient de pierre en pierre. « Anton, Arthur, regardons dans les ronces, on pourrait trouver la plante que nous cherchons ! – dit Anna. Ils allèrent vers le temple d’Héra, le seul qui se tient encore debout. Et voilà, un rayon de soleil éclaira une monnaie qui était parmi les ruines d’une ancienne stèle. Arthur, ébloui de ce scintillement, ramassa la monnaie, qui était exactement celle qu’ils avaient vue sur l’herbier ’’Apium’’, celle dont Anna avait parlé. Ils regardèrent tout autour et d’autres monnaies s’éclairèrent sous les rayons du soleil. « Regardez, - dit- Anton- elles nous indiquent un parcours, suivons-le ! Ils dépassèrent la dune et après avoir beaucoup marché, ils arrivèrent, enfin, à l’Eau : l’embouchure de la rivière Belice où ils virent une petite plante qui était exactement ce qu’ils cherchaient : l’Apium. Ils la cueillirent délicatement en la mettant dans le coffret, c’était chose faite !


 Il fallait seulement un ingrédient et l’Europe serait guérie pour toujours. Le soleil haut dans le ciel, ils s’assirent sur le sable et Anton embrassa Anna qui rougit. En admirant l’horizon, ils se sentirent heureux. Tout à coup le ciel devint gris, il fallait retourner au parc où le père de Anna les attendait pour rentrer à Alcamo. En effet, il était inquiet car il ne voyait plus les jeunes dans le parc, mais quand ils arrivèrent, il se sentit plus tranquille. Ils déjeunèrent chez Anna, puis ils se reposèrent un peu. L’après-midi, Anna proposa d’aller visiter le Château. « C’est l’ancien château des Comtes de Modica du 1300 » - dit- elle aux amis. Ils entrèrent et visitèrent les amples salles, dans l’une d’entre elles on avait aménagé le petit théâtre des ‘’Pupi Siciliani’’ et ils se sont souvenus de leur arrivée quand dans la place, devant le château, quelques spectateurs regardaient le spectacle des marionnettes et ils rencontrèrent un vieil homme qui leur avait souhaité la bienvenue et après était disparu. Ils retournèrent là où ils virent une petite plante de grenadier et parmi ses branches un petit mot : « Les gars ayez soin de moi, ne me laissez pas mourir, trouvez un lieu où je puisse pousser et donner des fruits ». Encore eux, encore un devoir à accomplir. En prenant la petite plante, ils se regardèrent tout autour, quel espace juste là dans cette place où ils étaient arrivés. Des enfants jouaient à se poursuivre et d’autres déterraient le sable restant après des travaux avec des bèches. Anton emprunta les jouets, les enfants les regardèrent étonnés, mais en comprenant que quelque chose d’important était en train d’arriver, ils donnèrent leurs petits outils et observèrent. Arthur et Anton déterraient pour bien planter la petite plante qui dans ce lieu aurait eu l’espace pour pousser et donner des fruits, puis en s’adressant aux enfants qui observaient attentivement ils dirent:« Nous vous confions cet arbre, ayez soin de lui ».


 Ils les remercièrent en s’en allant. Marie et Anna étaient fières et satisfaites. Ils allèrent dans la place où de nombreux jeunes étaient dans les cafés, leur brouhaha ne faisait pas comprendre leurs discours. Les amis observèrent les jeunes aux cafés avec des boissons, tous ensembles à partager leur solitude, tous ensembles, mais avec les yeux sur leurs portables ou en écoutant leurs Ipod sans voir qui était auprès d’eux et sans entendre qui leur parle. Anna pensa : « Le monde n’est pas un écran, il faut aller, connaitre et surtout aimer pour se sauver ! » En rentrant chez elle, Anna rejoignit ses parents dans la chambre et dit : « Papa, maman, vous m’avez appris à aimer la vie, la nature et les cultures des différents pays. Encore une fois, je dois aller, vous comprendrez, je dois aller sauver Europe avec mes amis.» Ils l’ont écoutée en silence, ils savaient qu’Anne ne se serait pas arrêtée. Ils connaissaient son envie d’apprendre, de connaitre. Le lendemain ils se sont fait conduire au port de Castellammare. Un splendide bateau à voile était là pour les attendre. Ils saluèrent les parents de Anna . Levée l’ancre, ils se remirent aux vents, se firent bercer par les vagues, ils virent plusieurs couchers du soleil, aubes, vols de mouettes, sauts de dauphins, enfin un jour ils seraient parvenus aux côtes atlantiques de la France : Herbignac les attendait.